Posts Tagged 'Montreal Canadiens'

La saga du capitaine

Tout le monde aime Josh Gorges. Regardez, tous ses coéquipiers veulent le coller!

Voilà un an que le Canadien de Montréal n’a plus de capitaine (depuis le départ, en fait, de Saku Koivu), et il semble bien que cette saga tire à sa fin. Dans La Presse ce matin, on apprenait en effet que le nom du prochain capitaine sera dévoilé dans les prochains jours / semaines. En tout cas, ce sera fait avant le début de la saison.

Comme vous le savez peut-être, les deux noms les plus souvent mentionnés comme étant les meilleurs candidats sont Josh Gorges et Brian Gionta. On a aussi beaucoup nommé Andrei Markov. Je ne ferais pas mon original et ne vous sortirai pas un nouveau nom inattendu de mon chapeau ; en effet, un regard rapide à la formation 2010-2011 du CH ne laisse aucun doute : outre ces trois joueurs, les autres n’ont soit pas les capacités de leader, n’ont pas assez d’expérience avec l’équipe ou sont encore trop jeunes. Dans cette dernière catégorie, on peut placer P.K. Subban et Ryan O’Byrne, qui pourront peut-être un jour prétendre au titre, mais pas maintenant.

J’y vais tout de go avec ma sélection : Josh Gorges. Bien qu’il ne croit pas tant en ses chances, je suis persuadé qu’il est le meilleur candidat. Tout d’abord, il est maintenant avec le Tricolore depuis plusieurs années (il avait été échangé contre Craig Rivet il y a trois ou quatre ans… un des bons coups de Bob Gainey). Il connait donc l’environnement montréalais, et les partisants le connaissent aussi (et l’apprécient de plus en plus). Il n’a jamais été pris dans un quelconque scandale et semble être un gars discret hors du monde du hockey, ce qui est très bien. Le capitaine doit représenter l’équipe et ne doit donc pas être vu en train de faire n’importe quoi sur Facebook. Lire la suite ‘La saga du capitaine’

Si la tendance se maintient

J’ai déjà joué à ce jeu il y a quelques saisons. Le principe est simple ; il suffit de regarder les statistiques de certains joueurs à ce moment-ci et de les rapporter sur une saison complète par un simple calcul mathématique (le théorème des proportions !). Ensuite, il reste à voir si ces statistiques/prédictions sont plausibles ou totalement incroyables…

Marian Gaborik : 80 matchs joués, 67 buts + 51 assistes = 118 points
Dans le cas de Gabo, la stat la plus surprenante serait celle des matchs joués ! Eh oui, il a acquis la triste réputation d’un des joueurs les plus fragiles de la LNH. En tout cas, à date, Gaborik ne semble plus importuné par ces problèmes d’hernie qui l’ont fait ch*** par le passé ; il n’a raté que deux matchs à date, et semble t-il que ses problèmes n’étaient pas liés à ses anciennes blessures. Heureusement, il est aussi reconnu pour un vrai talent aussi, celui de marqueur. Et cette saison pourrait être la bonne pour lui. Même dans une équipe sans grand passeur, le numéro 10 pourrait devancer, et de beaucoup, ses principaux rivals, tels les Ovechkin et Heatley de ce monde. Une saison de 60 à 70 buts est dans la mire du joueur. Les Rangers se sont acheté tout un talent, et certains ne vont au Madison Square Garden que pour voir le Gabo Show !

Joe Thornton : 21 buts + 87 assistes = 109 points
Ce joueur, tout un passeur, devrait selon moi faire encore mieux que ça, dans les 100 passes comme il l’a déjà fait serait envisageable je crois. Il commence à peine à connaître son nouvel ailier Dany Heatley, et le duo, affublé de Patrick Marleau, va faire encore plus de ravage qu’il n’en a fait à date d’ici la fin de l’année.
Lire la suite ‘Si la tendance se maintient’

Ne me parlez pas du 23 décembre…

La fameuse guigne du 23 décembre, ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Oui, c’est sûr. L’an dernier, ce fût la date du début de la chute du Tricolore aux enfers. Et aujourd’hui, François Gagnon y consacre un article complet dans La Presse.

Lâchez nous avec cette maudite date !

La malchance et les superstitions, je ne crois pas à ça. Si le Canadien perd ce soir, ce ne sera pas à cause de la guigne, ce sera simplement parce qu’il ne méritait pas de gagner. Il ne faut pas chercher des explications plus loin que ça, et il ne faut pas se justifier en utilisant cette excuse.

Remarquons qu’au moins, cette date ne pourra pas être celle du début de la fin pour le Tricolore, parce que celà est déjà commencé. Espérons que ce sera plutôt le contraire, et que le CH reviendra sur le droit chemin…

Justice est faite 

Le Canadien a perdu hier, en méritant le match contre les Thrashers ; c’est bien triste, mais justice a été faite, parce que jeudi contre les Capitals, c’est le contraire qui s’est produit. N’eut été des largesses de Kolzig, et de la chance de Huet, le score aurait pu être totalement différent.

Il faut avouer tout de même que le voyage à date est satisfaisant avec une récolte de trois points sur quatre possibles. Par contre le Canadien a affronté des clubs de fond de classement, et il aura un vrai test ce soir contre les Stars de Mike Ribeiro, deuxième de l’Ouest.

En vrac : Luongo, suspensions et Tricolore

Roberto Luongo a été nommé gardien de l’année par le magazine Hockey’s World. Il a conservé une moyenne de .930 dans les 75 matchs qu’il a disputés cette année. Un honneur pleinement mérité pour ce Québécois qui porte littéralement les Canucks sur ses épaules.

C’est vrai, regardez simplement l’alignement des Nucks et vous réaliserez que sans un bon gardien, ce club-là n’a pas grand chance… y’a les jumeaux Sedin à l’attaque, avec Markus Naslund donc on entend de moins en moins parler, et à la défense, il manque un gros nom.

Mon top des gardiens de 2007 va comme suis : (1) Henrik Lundqvist (2) Roberto Luongo (3) Martin Brodeur (4) Carey Price. Non, Price n’a pas sa place, mais si je croyais seulement les médias, je le mettrai en tête de liste…

30 matchs…

30 matchs à Chris Simon ? Bon, suspension prudente, mais la LNH n’a pas encore osé mettre ses culottes. Ce qui fait vraiment « manque de sérieux » dans cette ligue-là, c’est l’inconstance totale entre les différentes suspensions. Simon méritait plus, mais Randy Jones et Jesse Boulerice méritaient aussi plus, tout comme Todd Bertuzzi que la Ligue a surement voulu protéger vu son statut de superstar.

Les gestes oubliés aussi, ça commence à faire. Je n’ai pas vu le coup, mais il paraît que le double échec de Saku Koivu contre les Panthers mardi était salaud… évidemment, on ne considère même pas la suspension dans les bureaux de la LNH, et à Montréal, personne n’en fait un cas…

Voyage sur la route

Pauvres joueurs du Canadien, qui devront travailler pendant que nous serons en congé dans les prochaines semaines, et sur la route en plus ! Ah, ils font presque pitié.

Dans le fond, c’est comme une punition pour les performances exécrables qu’ils nous offrent depuis le début de décembre… et l’optimisme de Carbonneau (« je veux changer l’histoire » dit-il en toute humilité) ne me convainquent vraiment pas d’avoir confiance en cette série de six rencontres à l’extérieur.

Une victoire ce soir ne ferait aucun tord.

Le mot d’ordre : constance

Prenons le classement d’aujourd’hui. Dans l’Est, cinq points séparent la deuxième de la neuvième position. De l’autre côté du continent, six points se trouvent entre le deuxième et le onzième. En fait, seuls les meneurs de division (Ottawa et Detroit qui possèdent respectivement 6 et 11 points d’avance sur leur plus proches rivaux) sont à l’abri.

Cette saison est comme les deux dernières ; la parité règne.  Pour le spectateur, c’est un avantage qui fait que ça reste excitant jusqu’à la fin. De plus, les formations disputent âprement chaque rencontre et cela rajoute de l’interêt soir après soir. Pour les joueurs eux-mêmes, c’est aussi très bien ; ils se disent qu’en se forçant et en gagnant quelques matchs de suite, ils monteront vite au classement. Pour les propriétaires, c’est aussi une bonne chose car chaque équipe ou presque peut espérer faire les séries.

Pour espérer aux rangs élevés dans leur association, les équipes doivent donc faire preuve de constance et éviter les périodes creuses. Les Senateurs ont très bien fait celà à date, à part pour un passage à vide en fin novembre. Les Wings, eux, trouvent presque toujours le moyen de l’emporter. En évitant les séries de défaites, ces deux formations resteront en haut du classement.

C’est peut-être ce qui manque au CH, la constance. On les a vu très forts, puis très faibles ; cette semaine sera déterminante pour leur classement. Mais je crois que c’est ce qui fait que le Tricolore ne peut pas aspirer aux premiers rangs de l’Est et qui les destine à faire les séries sur la peau des fesses. Ça fait trois ou quatre saisons qu’on voit ça : début de saison explosif, période creuse qui les projette vers les bas fonds et un retour en force en fin d’année. Ce même patron a amené à des résultats différents et presque aléatoires. C’est une preuve que le Canadien est une équipe faible entre les deux oreilleset qui n’est pas capable d’offrir de l’originalité à ses adversaires qui sont bien vite capables de contrer leurs stratégies.

Et c’est certainement pas comme ça qu’on s’en va vers une équipe glorieuse…

La nouvelle réalité

Avec la nouvelle réalité de la LNH, est arrivée une parité assez forte dans la LNH. Le classement est toujours serré et ce jusqu’à la fin de la saison ; souvenons nous du match historique qui a déterminé de la saison du Canadien et des Leafs l’an passé. C’est vraiment un point positif de la nouvelle LNH instaurée par Gary Bettman.

Mais le plafond salarial et les restrictions amènent les directeurs-généraux à de nouvelles stratégies ; on a déjà senti la diminution des transactions depuis quelques temps. Les échanges de joueurs importants se font très rares.

Du côté des contrats, aussi, il y a eu du changement ; pas tant dans les salaires eux-mêmes, mais surtout dans les durées. Après le spectaculaire contrat de 15 ans à Rick DiPietro l’an dernier, cet été, lors de la période d’agents libres, on a encore eu droit à des signatures à (très) long terme : Jason Spezza, Dany Heatley, Daniel Brière, Tomas Vanek, Pavel Datsyuk et Scott Gomez, pour ne nommer qu’eux, ont tous signé des contrat de six saisons ou plus.

Le dernier exemple en lice : aujourd’hui, les Flyers ont offert à Mike Richards un contrat de 12 ans pour près de 70 millions de dollars. 12 ans ! Il sera lié à cette équipe jusqu’à 2020, à moins d’un échange.

Je ne dis pas ici que c’est une bonne chose. À la place de dégénérer sur le prix des joueurs, comme avant le lock-out, on dégénère sur la durée. Pas vraiment mieux, et dans quelques années, certaines équipes vont peut-être avoir de mauvaises surprises. Mais le fait est que je ne peux rien y changer, et que cette nouvelle mode semble prendre son envol…

Les Flyers sont probablement l’une des équipes qui s’est le plus tourné vers cette nouvelle génération de contrats ; leurs adversaires ce soir, le Canadien, sont à l’opposé.

Cette saison, Bob Gainey aura donc des décisions importantes à prendre dans le cas de deux de ses joueurs les plus prometteurs, Chris Higgins et Mike Komisarek. Gainey, plutôt conservateur, osera-t-il briser la barrière et suivre la nouvelle vague ? Dossier à suivre…

Combien de temps reste-t-il à Carbonneau ?

On en parle pas beaucoup ; dans la tête de plusieurs (et dans la mienne jusqu’à tout récemment), Carbonneau était « intouchable », il allait rester quoiqu’il arrive à l’équipe. Mais dans le fond, pourquoi ce ne serait pas à lui d’écoper ?

Les joueurs du Canadien ont évidemment plus de blâme à prendre que l’entraîneur dans ce genre de situations difficiles durant une saison. Sauf que Carbonneau ne semble plus contrôler ses joueurs et ses décisions sont de plus en plus douteuses. Dandenault sur la première ligne ? Ne pas laisser de chance à Halak ? Ne pas offrir une chance à Kovalev sur le premier trio ?

En deux saisons à la barre du Canadien, Carbonneau ne m’a jamais vraiment prouvé qu’il avait l’étoffe d’un bon entraîneur. Oui, il prend quelques risques qui rapportent et a du caractère, mais son travail était loin d’être irréprochable.

Si il n’y a pas de mouvement chez les joueurs récemment, ou un redressement de situation au plus sacrant, le cadeau de Noël de Carbonneau pourrait être un lettre de renvoi. Une mauvaise semaine encore une fois et ce pourrait bien être la fin. Ce serait peut-être le genre de décision qui fouetterait un peu les joueurs, on l’a vu chez les Thrashers qui font de mieux en mieux (et pas mal mieux que le Tricolore…) depuis le renvoi de Bob Hartley en début d’année.

Il ne reste que peu de temps à Carbonneau pour faire quelque chose, car la patience de Bob Gainey a ses limites. Si rien ne bouge et rien ne change, ce coup d’éclat est peut-être la solution.



Le hockey, c’est ma religion. J’en mange. Je lis les journaux, écoute la télé, vais sur des forums… Ici, ce blog, c’est MA place. Pour dire ce que je pense de ce monde du hockey qui, bien qu’exceptionnel, n’est pas parfait, et peut nous donner des raisons de sacrer…


Voici notre logo de partenariat, si jamais vous avez la bonté de nous faire un peu de publicité sur votre propre site...



Entrez votre email pour être averti de ce qui se passe sur RdH (nouvelles, nouveaux articles...) !

Rejoignez 7 autres abonnés

Catégories

Stats RdH

  • 38,925 vues

Pages les plus consultées