Des Québécois sous le soleil


Guy Boucher aura certainement beaucoup d'autres occasions de célébrer au cours de sa carrière dans la LNH.

Cet été a été calme, voire plate, du côté des agents libres. À part l’affaire Kovalchuk (qui, au fond, n’avait rien d’excitant, puisqu’on savait depuis fin juillet que c’est au New Jersey qu’il resterait), aucun très gros noms n’a bougé. Certes, il y a eu le passage de Sergei Gonchar aux Sénateurs et le retour à Calgary d’Olli Jokinen et Alex Tanguay.

Le nouveau d.g. du Lightning de Tampa Bay, le grand Steve Yzerman, a tout de même réussi à donner de quoi écrire aux journalistes. En quelques semaines seulement, il a transformé une équipe avec du talent qui allait dans un cul-de-sac en sérieux prétendant aux séries et à plus que ça dès cette saison.

N’en déplaise aux fervents de la théorie du complot, qui, comme Pierre Curzi, croient que la direction du Canadien de Montréal élimine à petit feu toute présence québécoise au sein de l’équipe (ce qui n’est pas totalement faux…), c’est avec des Québécois que le Lightning vivra et mourra cette saison. Chez les joueurs, Yzerman a re-signé Martin St.Louis qui, malgré sa trentaine avancée,  est toujours aussi redoutable et difficile à suivre. Les plus grands coups de l’ancienne star des Red Wings de Detroit ont certainement été ses deux transactions avec les Flyers de Philadelphie. Il s’est tout d’abord départi de Andrej Meszaros, qui était considéré comme un trop gros poids financier, contre un choix de 2e ronde au repêchage de 2012, ce qui n’est pas vilain du tout. Moins de trois semaines plus tard, il est allé chercher Simon Gagné, qui était sur le trading block depuis quelques semaines, en ne délaissant que Matt Walker et un choix de quatrième ronde en 2011… un coup de génie! Dans le contexte de l’équipe qu’Yzerman voulait former, Gagné était un élément qui fonctionnait totalement dans l’équation, tout d’abord parce qu’il rejoint quelques Québécois avec qui il s’entend bien, et ensuite parce que c’est un marqueur naturel qui marchera dans n’importe quelle combinaison et sur l’avantage numérique. En plus de tout ça, Yzerman a signé Marc-André Pouliot, a acquis par transaction Cédrick Desjardins et a invité au camp d’entraînement Éric Perrin, exilé depuis quelques temps en Europe. Ça en fait, du Québécois, tout ça!

Mais ce n’est pas que sur la glace qu’on parlera français à Tampa ; dans les bureaux aussi, la langue de Molière sera bien représentée. Pour y arriver, Stevie Wonder est allé piger dans le staff du Tricolore, en leur prenant tout d’abord Guy Boucher, entraîneur du club-école de Hamilton, qui était le gars le plus recherché cette été. Malgré son statut de recrue et son âge de 38 ans (le plus jeune entraîneur en chef de la LNH!), certains le voient déjà avec le trophée Jack-Adams, remis annuellement au meilleur coach, dans les mains. Bon, c’est un peut-être un peu tôt pour dire, mais avec ses succès dans la LHJMQ puis dans la LNH, je ne serais pas surpris que Boucher mène son équipe très loin cette année ; il est un génie du hockey, c’est pas compliqué! Ce dernier a aussi emmené avec lui deux de ses assistants-entraîneurs, Daniel Lacroix et Martin Raymond qui, vous l’aurez deviné, son Québécois. Mais ce n’est pas tout! Yzerman a aussi sélectionné comme bras droit le directeur-général des Bulldogs, Julien Brisebois. Et, bien que sur le site du Lightning, on ait fait une erreur en l’appelant BriseBois (une majuscule au milieu du mot ?!?), celui-ci sera très important pour cette formation dans son rôle d’assistant-d.g. puisqu’il est aussi un expert des questions ayant trait au plafond salarial.

Voilà un portrait assez global de ce qui s’est passé dans cette ville floridienne cette été. Steve Yzerman a donc décidé d’unir un groupe de Québécois talentueux (et chanceux, ceux-ci pouvant profiter du beau temps, 365 jours par année) pour donner un nouveau souffle à une formation qui en avait besoin ; en effet, depuis sa victoire de la Coupe en 2004, elle n’avait rien connu de bien fameux. Mon opinion ne vaut peut-être pas grand chose, mais je prédis une bonne saison et des séries intéressantes au Lightning. Et, dans un pool, j’irais certainement vers leurs joueurs…

Publicités

1 Response to “Des Québécois sous le soleil”


  1. 1 Sydney Bouchard septembre 21, 2010 à 06:45

    Wow ! T’es en feu Jul.
    Belle analyse … et longue vie aux Éclairs !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





Le hockey, c’est ma religion. J’en mange. Je lis les journaux, écoute la télé, vais sur des forums… Ici, ce blog, c’est MA place. Pour dire ce que je pense de ce monde du hockey qui, bien qu’exceptionnel, n’est pas parfait, et peut nous donner des raisons de sacrer…


Voici notre logo de partenariat, si jamais vous avez la bonté de nous faire un peu de publicité sur votre propre site...



Entrez votre email pour être averti de ce qui se passe sur RdH (nouvelles, nouveaux articles...) !

Rejoignez 7 autres abonnés

Catégories

Stats RdH

  • 38,942 vues

Pages les plus consultées


%d blogueurs aiment cette page :