Posts Tagged 'Gary Bettman'

Je suis vivant!

Eh oui, malgré l’absence d’article depuis, quoi, 6 mois, je suis toujours vivant, et je vais même très bien. Les circonstances ont fait que je n’ai pas écrit d’article ni donné de nouvelles pour tout ce temps, mais c’est fini. Une nouvelle saison est à nos portes, et je suis prêt à repartir ReligionDuHockey avec la même mentalité : discuter, sous une perspective différente de celle que vous trouvez sur bien d’autres sites, des sujets chauds du hockey, et ce dans un langage qui sera adéquat aux plus grands experts comme aux néophytes du hockey ; vous introduire à des trucs dont on ne parle pas assez ; faire des dossiers uniques et spéciaux, comme les fameux power-rankings ma critique des chandails les plus beaux (et les plus laids) de ce sport ; et pour finir, vous distraire avec des vidéos, des annectodes et des histoires sur le hockey en général.

Si vous revenez dans les prochains jours, vous entendrez probablement parler des Carey Price, d’Ilya Kovalchuk, de Gary Bettman, de Québec, de pools de hockey et de bien d’autre chose… j’espère que, comme moi, vous voulez vous relancer dans ReligionDuHockey.

Go!

C’est calme au Madison Square Garden

Le royaume du Roi Gaborik tombe en ruines.

Les Rangers de New York, après un début de saison en force, connaissent de sérieux ennuis. Personnellement, je les voyais, au début de l’année, comme de sérieux prétendants à la dernière place de l’Est ; leurs quinze premiers matchs m’ont fait douté de ça. Gaborik était en feu, Vaclav Prospal faisait des points à la pelle lui aussi, Lundqvist arrêtait tout et un nouveau joueur, Michael Del Zotto, un défenseur de 19 ans, faisait écarquiller quelques yeux lui aussi.

Mais depuis quelques temps, les victoires sont rares, comme en témoigne la fiche de 2-8 de cette équipe lors des dix dernières rencontres. En plus, ils ne peuvent pas attribuer cela aux blessures : aucun de leur joueur n’est indisposé ! Il faut plutôt l’attribuer à ceci : l’attaque est faible (après Gabo et Prospal, leur meilleur joueur offensif est Brandon Dubinsky) et la qualité de la défense est en deça du nécessaire. Malgré qu’ils ont des unités spéciales dans le top 10 de la Ligue et qu’ils comptent sur l’un des meilleurs gardiens, ils ne pourront pas faire grand chose. Leur défaite de 2-1, hier, contre les Islanders, est une démonstration du problème : ils sont incapables de faire allumer la lumière rouge derrière le gardien adverse !

Ice Edge veut bien faire

Les futurs-nouveaux proprios des Coyotes de Phoenix, l’entreprise Ice Edge, veut jouer un match extérieux dès cette saison et aimerait avoir cinq matchs locaux au Canada (peut-être à Regina) dès l’année prochaine. On aimerait bien avoir une nouvelle équipe canadienne à la place, mais ça fait déjà ça de gagné. Et, si le succès de cette idée est fort, peut-être que ça forcera Gary Bettman à considérer le déménagement d’une équipe américaine par chez nous. Le commentaire laissé hier sur mon dernier article par Sonia Vachon est bien (l’idée est de ramener à 20 le nombre d’équipes), mais cela est une grosse entreprise qui prendra des allures de révolution dans la Ligue. L’important, c’est que Bettman ne crée pas d’équipes supplémentaires : trente, c’est déjà beaucoup, peut-être trop. Lire la suite ‘C’est calme au Madison Square Garden’

La bon plan de la LNH

La tuque de Théo, comment l'oublier ?

J’ai l’habitude de bitcher les décisions et les idées de Gary Bettman et ses copains dirigeants de la Ligue Nationale de Hockey, à commencer par cette obstination à vouloir garder les Coyotes à Phoenix, qui, en plus d’être une des villes les plus plates au nord du Rio Grande, se fout complètement du hockey. Mais personne n’est imparfait, et une des idées de cette ligue est, au moins très bonne, sinon brillante, originale et capable de susciter un bel engouement. Il s’agit du NHL Winter Classic, ce match annuel joué à l’extérieur. Lire la suite ‘La bon plan de la LNH’

La nouvelle réalité

Avec la nouvelle réalité de la LNH, est arrivée une parité assez forte dans la LNH. Le classement est toujours serré et ce jusqu’à la fin de la saison ; souvenons nous du match historique qui a déterminé de la saison du Canadien et des Leafs l’an passé. C’est vraiment un point positif de la nouvelle LNH instaurée par Gary Bettman.

Mais le plafond salarial et les restrictions amènent les directeurs-généraux à de nouvelles stratégies ; on a déjà senti la diminution des transactions depuis quelques temps. Les échanges de joueurs importants se font très rares.

Du côté des contrats, aussi, il y a eu du changement ; pas tant dans les salaires eux-mêmes, mais surtout dans les durées. Après le spectaculaire contrat de 15 ans à Rick DiPietro l’an dernier, cet été, lors de la période d’agents libres, on a encore eu droit à des signatures à (très) long terme : Jason Spezza, Dany Heatley, Daniel Brière, Tomas Vanek, Pavel Datsyuk et Scott Gomez, pour ne nommer qu’eux, ont tous signé des contrat de six saisons ou plus.

Le dernier exemple en lice : aujourd’hui, les Flyers ont offert à Mike Richards un contrat de 12 ans pour près de 70 millions de dollars. 12 ans ! Il sera lié à cette équipe jusqu’à 2020, à moins d’un échange.

Je ne dis pas ici que c’est une bonne chose. À la place de dégénérer sur le prix des joueurs, comme avant le lock-out, on dégénère sur la durée. Pas vraiment mieux, et dans quelques années, certaines équipes vont peut-être avoir de mauvaises surprises. Mais le fait est que je ne peux rien y changer, et que cette nouvelle mode semble prendre son envol…

Les Flyers sont probablement l’une des équipes qui s’est le plus tourné vers cette nouvelle génération de contrats ; leurs adversaires ce soir, le Canadien, sont à l’opposé.

Cette saison, Bob Gainey aura donc des décisions importantes à prendre dans le cas de deux de ses joueurs les plus prometteurs, Chris Higgins et Mike Komisarek. Gainey, plutôt conservateur, osera-t-il briser la barrière et suivre la nouvelle vague ? Dossier à suivre…

Le Crosby Show

On en a pas trop entendu parler ici, à Montréal, mais Sidney Crosby a effectué cette semaine son premier voyage dans l’Ouest canadien, avec des matchs contre les trois équipes de cette région. L’excitation était donc grande à Edmonton, Vancouver et Calgary qui voyaient le « show » pour la première fois.

Ce jeune exceptionnel est un bijou, un cadeau pour le hockey alors que ce sport bat de l’aile. Il a ranimé les passions des foules à Pittsburgh, ce qui constitue une belle preuve que rien n’est perdu pour ce sport aux États-Unis. Par contre, le phénomène Crosby n’est pas selon moi utilisé à son plein potentiel.

Gary Bettman et ses hommes devraient réfléchir à des stratégies promotionnelles qui permettraient à Crosby (et à tous les jeunes joueurs de la nouvelle vague de la LNH) d’être plus en vue dans des villes comme Anaheim ou Phoenix ou le hockey est presque ignoré.

Un vrai test ce soir 

Le Tricolore a gagné il y a deux jours contre les Bruins. C’est un pas dans la bonne direction, mais il faut avouer que le défi n’était pas très grand. Ce soir contre les Canes, le Canadien se doit de sortir très fort. On a eu du succès contre la Caroline à date et j’ai un espoir que ceci peut continuer comme ça.

L’énergie des jeunes pourra-t-elle triompher du talent brut des puissants Hurricanes ?

Bon match à tous !

La fin des joueurs de la LNH aux Olympiques ?

L’admission des joueurs professionnels de la LNH aux Jeux olympiques d’hiver est une décision qui n’a jamais vraiment fait l’unanimité. Évidemment, certains joueurs se trouvent choyés de représenter leur pays et pensent qu’il s’agit d’une expérience unique. D’un autre côté, avec le calendrier de fous d’aujourd’hui, d’autres préfèrent se concentrer sur leur équipe et se préparer pour le dernier droit de la saison.

L’addition des joueurs professionnels aux J.O. a bien sûr ajouté de l’interêt des fanatiques pour cette compétition. Il est rare qu’on peut admirer du hockey où s’affrontent les meilleurs joueurs au monde et où les infractions sont très rares et les bagarres inexistantes. Les émotions sont parfois plus fortes que lors d’une finale de la Coupe Stanley, et cela ne touche pas les partisants d’une ville mais rejoignent plutôt ceux d’un pays au complet. La fierté de la victoire en est d’autant plus grande.

Malgré tout, avec le calendrier surchargé et ce « mauvais timing » des Jeux olympiques qui arrivent quelques semaines seulement avant la fin de la saison, c’est parfois difficile de tout concilier. En 2010, à Vancouver, tout cela sera acceptable pour les joueurs qui n’auront qu’à se déplacer à l’intérieur même du continent américain. Mais en Sotchi, où auront lieu les Olympiques quatre ans plus tard, le décalage horaire et les longs trajets d’avion affecteront beaucoup les vedettes et cela coûtera cher aux équipes qui envoient plusieurs représentants, comme les Senateurs ou les Red Wings. Un désavantage non-négligeable.

Il y a aussi la possibilité de blessures, comme ce qui est arrivé à Dominik Hasek à Turin il y a deux ans. Les joueurs jouent souvent ce qui augmente bien entendu le risque de blessures.

Pas de doute donc que les joueurs professionnels seront à Vancouver dans deux hivers, mais Gary Bettman et le comité de la LNH devront prendre de grosses décisions en ce qui concerne les J.O. suivants.

Match des étoiles : un procédé ridicule

La Ligue Nationale a révélé hier sa liste des joueurs en nomination pour le match des étoiles 2008. Déjà ? Après douze matchs ? Je trouve cela ridicule.

Premièrement, les nominés sont déjà dévoilés, ce qui est beaucoup trop tôt. En effet il semble que les choix son basés sur l’année dernière, du moins c’est la pensée qui me vient quand je voie que des gars comme Martin Brodeur, Ray Emery, Dan Boyle (qui n’a même pas encore disputé un seul match !), Maxim Afinogenov, Bryan McCabe, Sheldon Souray (celle-là, je l’ai trouvée très drôle), Patrick Marleau et beaucoup d’autres qui n’ont absolument rien prouvé jusqu’à maintenant.

Le match des étoiles 2008 devrait évidemment représenter les meilleurs joueurs de la LNH en 2007-08 et non de la saison précédente, et pas non plus des gars qui ont connu une bonne carrière et qui sont respectés (comme Brodeur).

Deuxièmement, le vote du public est une erreur monumentale, qui a été prouvée par la presque-présence d’un certain Rory Fitzpatrick l’an dernier au match des étoiles, alors que des fanatiques mécontents du système de vote avaient manifesté leur désaccord en tentant d’envoyer un joueur qui n’a aucune affaire là-bas à ce match de « l’élite ». Tout cela grâce au « joueur supplémentaire », en effet dans le bulletin de vote se trouve une section où l’on peut choisir n’importe quel joueur de son choix si on pense qu’il mérite sa place au match.

Un comité devrait être formé (un représentant de chaque équipe, pourquoi pas) pour former les équipes de l’Est et de l’Ouest environ un mois avant la date du match en question. Tout d’abord, cela éviterait qu’on se retrouve avec des joueurs populaires et connaissant une saison ordinaire de se retrouver dans ce gros « show » qui devrait normalement promouvoir le hockey alors que c’est plutôt le contraire qui se produit depuis quelques années.

Le all-star game est de plus en plus inintéressant avec les années. Pourtant, cela pourrait être un bon coup de marketing pour la ligue de Gary Bettman qui devrait sincèrement commencer à se questionner sur de nouvelles techniques pour attirer les amateurs de hockey.



Le hockey, c’est ma religion. J’en mange. Je lis les journaux, écoute la télé, vais sur des forums… Ici, ce blog, c’est MA place. Pour dire ce que je pense de ce monde du hockey qui, bien qu’exceptionnel, n’est pas parfait, et peut nous donner des raisons de sacrer…


Voici notre logo de partenariat, si jamais vous avez la bonté de nous faire un peu de publicité sur votre propre site...



Entrez votre email pour être averti de ce qui se passe sur RdH (nouvelles, nouveaux articles...) !

Rejoignez 7 autres abonnés

Catégories

Stats RdH

  • 38,301 vues

Pages les plus consultées


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.