Archive Page 2

Les Saints, l’exemple à suivre

Drew Brees célèbre après la victoire épique de son équipe au Super Bowl.

L’histoire est digne d’un film américain : les Saints de la Nouvelle-Orléans, cette équipe qui était dans les dernières au classement il y a quelques années et qui a même presque déménagé de cette ville après les dommage causés par l’ouragan Katrina, ont remporté hier le Super Bowl de la Ligue Américaine de Football malgré leur statut de négligés contre les Colts d’Indianapolis et leur maître-passeur Peyton Manning.

Je ne suis pas un grand fan de football, mais chaque année j’essaie de regarder, au moins en partie, la finale de la NFL car c’est toujours un beau moment. Hier, j’ai vu la deuxième moitié de la partie, et j’y ai vu des éléments qu’une équipe sportive doit avoir : le talent, bien sûr, mais l’honneur, le courage, l’effort, et un peu de chance.

Si ce dernier élément est aléatoire (quoique certains diront que les bonnes équipes font leur propre chance), tous les autres dépendent des joueurs et du personnel qui entoure l’équipe. Les Saints ont tout bien fait ces dernières années : tout d’abord, ils ont sauvé leur concession ; ils ont fait le bon choix en repêchant l’excellent Reggie Bush ; ils ont fait des échanges et des signatures efficaces, entre autres pour amener Drew Brees comme quart-arrière (celui-ci a d’ailleurs égalé un record du Super Bowl en complétant 32 passes hier) ; finalement, ils se sont fixés au début de l’année un objectif et ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour l’atteindre : gagner le trophée Vince-Lombardi.

Lire la suite ‘Les Saints, l’exemple à suivre’

Les mains de Pavel Datsyuk

Pavel Datsyuk est probablement né avec un bâton de hockey dans les mains. Ce but, marqué il y a quelques semaines contre Antti Niemi des Blackhawks de Chicago en tirs de barrage confirme encore cette idée dans mon esprit.


http://www.youtube.com/watch?v=unYqz6bnsKk

Ilya Kovalchuk, suite et fin

Kovalchuk fait ses débuts avec les Devils ce soir.

Kovalchuk jouera un premier match avec sa nouvelle équipe dès ce soir.

Si vous avez lu mon blog récemment, ou avez suivi le hockey récemment, la nouvelle ne vous surprendra pas : Ilya Kovalchuk a été échangé, hier. Il se retrouve au New Jersey, chez les Devils qui ajoutent ce qui manquait probablement à leur équipe : de l’offensive. Ils sont en difficulté ces temps-ci, alors cet ajout leur donnera peut-être l’énergie nécessaire pour finir la saison en force et aller loin en séries.

En retour, ils donnent Patrice Cormier (ont-ils voulu s’en débarasser après le scandale dont il a fait partie il y a quelques semaines ?), Niklas Bergfors (attaquant), John Oduya (défenseur) et d’un futur choix de première ronde.

Voici mon commentaire (assez court parce que je suis pressé) sur cet échange. Les Devils perdent de bons éléments, mais ils viennent de se prendre un gros morceau, et ils empêchent en plus les équipes rivales de se retrouver avec Kovalchuk. Oduya et Bergfors étaient de bons jeunes, tout comme Patrice Cormier sera probablement un excellent joueur, mais aucun des trois n’arrive à la cheville du grand Russe. En cette saison de la dernière chance pour les Devils, il leur fallait aller chercher du mordeau pour renforcer leur formation. Voilà qui est fait.

En retour, les Thrashers bénéficient de joueurs qui leur permettront de rebâtir l’équipe sur de bases solides, et le choix de première ronde leur assurera du support à plus long terme.

En gros, c’est un échange qui a été très bon pour les deux équipes, contrairement à d’autres transactions des dernières semaines…

Alerte ! Kovalchuk sur le « trading-block » ! (et plus)

Les Thrashers et Ilya Kovalchuk, c’est fini. Les deux clans se sépareront cet été au plus tard, mais la séparation pourrait aussi survenir dès cette fin de semaine, puisque la dernière offre de l’équipe au joueur (une offre de huit ans pour 80 millions, même les plus faibles en calcul réaliseront que ça fait un bon 10 millions de $ par année…) a été refusée.

Depuis, les Thrashers ont intensifiés les efforts pour échanger leur super-hyper-méga-vedette. Et cinq équipes sont supposément encore dans la course pour recevoir le Russe : les Bruins de Boston, les Flyers de Philadelphie, les Kings de Los Angeles, les Devils du New Jersey et les Canucks de Vancouver. Il y a aussi les Flames de Calgary et les Rangers de New York, mais ça me surprendrait assez puisque ces équipes ont été toutes deux actives ces derniers jours (voir autre texte plus bas)…

Aucun doute que Kovalchuk sera un ajout incroyable pour l’équipe qui le reçoit : il arrivera motivé, sera gonflé à bloc et se donnera jusqu’au bout pour enfin participer aux séries et peut-être gagner la Coupe… Souvenous-nous que Kovy n’a jamais participé aux playoffs de sa carrière! Évidemment, le prix à payer pour l’obtenir sera très élevé, et il s’agira sûrement d’un ou de plusieurs jeunes joueurs.

À suivre!

Lire la suite ‘Alerte ! Kovalchuk sur le « trading-block » ! (et plus)’

Classement « power-rankings » du 2 février

Voici enfin l’update des power-rankings de ReligionDuHockey! Vous pouvez les consulter ici. Si vous ne savez pas ce que sont les power-rankings, vous pouvez consulter la page d’informations.

L’erreur de Brian Burke

J’ai toujours dit que Brian Burke était l’un des meilleurs directeurs-généraux de la LNH. Après des passages fructueux avec les Canucks de Vancouver et les Ducks d’Anaheim, où il avait fait quelques miracles, le voilà qui se ramenait avec les Leafs en 2009. Dès le début, j’ai cru en ses chances de transformer ce club médiocre en une équipe gagnante en quelques saisons seulement.

C’est donc avec surprise que j’ai lu, cet après-midi, les deux transactions effectuées par Burke.

Toronto reçoit Dion Phaneuf, Keith Aulie, Fredrik Sjostrom 
Calgary reçoit Ian White, Matt Stajan, Niklas Hagman, Jamal Mayers
Toronto reçoit Jean-Sébastien Giguère
Anaheim reçoit Vesa Toskala, Jason Blake.

Analysons rapidement ces échanges : au total, il reçoit un jeune défenseur prometteur mais qui éprouve des difficultés (Phaneuf), un gardien fini ou presque (Giguère), un ailier potable (Sjostrom) et un no-name (Aulie). En retour, il donne deux de ses meilleurs attaquants (Stajan et Blake), son meilleur défenseur pour le présent et le futur (White, qui a plus de points cette saison que Phaneuf), un marqueur qui a déjà vingt buts cette année (Hagman) et un gardien (Toskala, qui n’a pas été moins bon que Giguère dans les dernières années).

Cette transaction avait un but évident : secouer les joueurs des Leafs qui ne font que perdre depuis le début de la saison, malgré les espoirs qui étaient placés en eux au début de l’année. C’est là tout le style de Burke qui ressort dans ces mouvements de personnel. Mais le prix a payer pour vouloir motiver et réveiller ses troupes n’est-il pas un peu cher ? Parce que, si on regarde la formation des Leafs actuellement, on ne voit pas le talent qu’il faut pour aller loin. Devant le filet, ce n’est pas mauvais ; Jonas Gustavsson, « le Monstre », a beaucoup de potentiel, et Giguère, son nouveau collègue de travail, peut s’avérer utile dans un contexte de séries éliminatoires, lui qui a déjà mené son équipe à la finale de la Coupe Stanley. La défensive s’est fragilisé avec la perte de son éléments essentiel, Ian White, qui est remplacé par Phaneuf qui, comme je l’ai dit, éprouve depuis deux saisons de la difficulté après qu’on eut placé en lui des attentes assez élevées. Mais le problème le plus flagrant est l’attaque… qui reste-t-il pour marquer des buts, à part Phil Kessel et Alexei Ponikarovski ? Je ne vois pas.

Comme je le dis souvent, seul le temps nous dira si cet échange était bon. Mais, pour l’instant, je le vois seulement comme une des rares erreurs de Brian Burke, qui a perdu patience avec sa nouvelle équipe. Histoire à suivre… car on ne sait jamais ce que ce dernier peut faire, et d’autres transactions suivront peut-être.

Le joueur est roi

Sheldon Souray a décidé de jouer à Vancouver pour se rapprocher de sa fille qui vit en Californie.

Sheldon Souray était un nom qui revenait souvent dans les rumeurs d’échange depuis un certain temps. Les médiocres Oilers, qui sont en voie de connaître leur pire saison depuis longtemps, cherchent désespérément des solutions, et c’est en coupant dans les gros contrats comme celui de Souray qu’ils y arriveront. Eh bien, on sait depuis aujourd’hui que ce dernier a remis à son directeur-général une liste d’équipe pour lesquelles il accepterait de jouer.

Quoi? Ai-je bien compris ?

Ces joueurs, déjà hyper-gâtés par les directeurs-généraux qui leur concèdent des méga-contrats excédants les six chiffres, ont en plus le droit de refuser une transaction si elle ne leur plaie pas ?

Remarquez, le concept n’est pas nouveau. Les joueurs ont toujours été séduits par des équipes leur offrant une clause de non-échange (qui, comme son nom l’indique, permet au joueur en question de décider si oui ou non il accepte d’être échangé). C’est normal de vouloir avoir une assurance qu’on restera dans une même ville pour plusieurs années, que ce soit parce qu’on aime la vie sédentaire, ou bien pour la femme et les enfants, ou les deux.

Mais ce métier tant adulé qu’est celui de joueur de hockey comporte des désavantages, et j’estime que celui de ne pas savoir dans quelle ville on travaillera l’année suivante, le mois suivante ou même le jour suivant est un de ces désavantage. Le travail des directeurs-généraux de la LNH est déjà devenu assez ardu avec le récent plafond salarial qui limite les possibilités. S’il faut en plus qu’un joueur ou un autre puisse refuser une transaction et poser, tout simplement, son véto, cela deviendra bientôt presqu’impossible. Les échanges font partie de la game, il faut vivre avec. Les empêcher est un geste anti-sportif.

Les situations de ce genre ne sont pas rares, on n’a qu’à penser à bébé Dany Heatley qui ne voulait pas aller jouer avec, justement, les Oilers cet été, et qui a bien fait chier son d.g. qui a finalement concocté une transation avec les Sharks.

Pour le bien du sport, il faut que les clauses de non-échange soient bannies. Bon, ce n’est pas une priorité, car la Ligue Nationale de Hockey a beaucoup d’autres problèmes à régler en ce moment, mais à long terme, il faudrait commencer à y penser.



Le hockey, c’est ma religion. J’en mange. Je lis les journaux, écoute la télé, vais sur des forums… Ici, ce blog, c’est MA place. Pour dire ce que je pense de ce monde du hockey qui, bien qu’exceptionnel, n’est pas parfait, et peut nous donner des raisons de sacrer…


Voici notre logo de partenariat, si jamais vous avez la bonté de nous faire un peu de publicité sur votre propre site...



Entrez votre email pour être averti de ce qui se passe sur RdH (nouvelles, nouveaux articles...) !

Rejoignez 7 autres abonnés

Catégories

Stats RdH

  • 38,359 vues

Pages les plus consultées


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.